Éléments de réflexion

Quelques données sur le tourisme et le climat

« Nous prévoyons d’atteindre 1,8 milliard de touristes en 2030, […] Une croissance qui ne pourra se poursuivre que si elle va de pair avec davantage de préoccupation pour le développement durable … » Taleb RIFAI, Secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT).

« Le climat est une ressource essentielle pour le tourisme et particulièrement pour les activités de plage, de nature et de sports d’hiver. Les changements de climat et les nouveaux modèles météorologiques dans les destinations touristiques et les territoires accueillant des touristes peut affecter significativement le confort des touristes et leur décision de voyage. Le changement de modèles de demande et de flux touristiques auront des impacts sur l’économie touristique et les communautés d’accueil ainsi que les secteurs liés comme agriculture, artisanat, construction … » (source OMT).

Le tourisme, domaine ambivalent

Si le tourisme est une concrétisation bénéfique de la mondialisation, sa forme actuelle accentue chaque jour les déséquilibres :

  • sociaux (emplois précaires, tourisme sexuel…),
  • environnementaux (pollutions diverses, consommation abusive des ressources naturelles, participation au réchauffement climatique),
  • culturels (dégradations du patrimoine et des coutumes locales).

A titre d’exemple,

le tourisme génère 48 millions de tonnes de déchets par an, soit 5% de la production totale (Source OMT). Mais son impact mériterait d’être analysé de manière plus approfondie. Si l’on compare ces émissions au poids économique du tourisme qui représente 9% du PIB mondial, on peut en déduire que l’activité touristique est d’une intensité carbone relativement faible comparée aux autres secteurs.

Il est pourtant loin d’être négligeable : ainsi en France, les communes touristiques produisent 20% de déchets de plus que la moyenne nationale (Source OMT et EVEA Tourisme),

2, 7 % des hôtels français ont un label écologique. En Janvier 2015, en France, 357 établissements détiennent l’Ecolabel Européen : 286 pour les « Services d’hébergement touristique » 71 pour les « Services de Camping » 380 structures touristiques sont labellisées Green Globe au monde (source : EVEA Tourisme 2015, Veille Info Tourisme, 2012).

Avec bientôt 1 emploi sur 10 et plus de 10% de la création de richesse dans le monde, le tourisme est l’un des piliers du développement économique, social et environnemental. S’il est un vecteur potentiel de changement des pratiques et de développement durable de notre chère planète, c’est donc bien le tourisme !

L’ONU, avec l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) et le Bureau International du Travail (BIT), en a donc fait l’une de ses priorités pour les 20 prochaines années.

Impacts et enjeux du tourisme pour le climat et un développement soutenable :

Agriculture et restauration : vers une agriculture locale et saine

  • Le tourisme est l’un des principaux débouchés pour l’agriculture locale.
  • L’agritourisme génère 23% du chiffre d’affaires de l’exploitation agricole en France (2005).
  • Dans la restauration, 1 couvert = 8kg de CO2 émis en moyenne et 212g de déchets alimentaires.

Sources : Ministère du tourisme, Le Mouvement Colibris, UNWTO, MPA

> Solutions :
Agriculture respectueuse de l’environnement + circuits courts / gastronomie locale + implication des visiteurs
= + de qualité, + valorisation du territoire, + attractivité touristique, + de satisfaction des visiteurs

 

Construction : raisonner le développement hôtelier et favoriser la construction passive

  • Les activités d’hébergement sont responsables de 21% des émissions de gaz à effet de serre du secteur touristique.
  • L’exemple de Bali : chaque année, près de 800ha de terrains sont transformés en routes et hôtels de luxe, confisquant un potentiel agricole permettant la survie des populations.

Sources : UNWTO, Tourmag 2013

> Solutions :

Eco-construction et éco-rénovation + recyclage et réemploi + savoir-faire traditionnels
= efficacité énergétique + valorisation du patrimoine + économies + attractivité

Énergie : une formidable opportunité pour les énergies renouvelables

  • Plus de 80% de l’énergie produite dans le monde provient des matières fossiles.
  • Les hôtels figurent dans le top 5 des bâtiments les plus énergivores (40kWhep* par nuitée pour l’hôtellerie ; 124 kWhep par visiteur dans les spas et thalasso).
    *Kilowatt / heure d’énergie primaire.
  • La transition énergétique, une nouvelle offre touristique :
    • L’usine marémotrice du barrage de la Rance attire 23500 visiteurs chaque année.
    • 15000 touristes par an sont intéressés par la transition énergétique d’une commune allemande utilisant ses ressources locales pour produire son énergie.

Sources : Commission européenne, EVEA Tourisme, Novethic 2013, Commission Nationale du Débat Public

> Solutions :

Energies renouvelables + efficacité énergétique

= maîtrise des coûts et pérennité de l’activité + préservation de l’environnement

L’eau : diminuer la pression hydrique sur les zones touristiques et leurs populations

  • Entre 1 et 2 milliards d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable.
  • Dans l’hôtellerie française, on consomme 300L d’eau par nuitée (jusqu’à 800L pour l’hôtellerie de luxe), soit environ 400€/chambre/an. C’est deux fois plus qu’un habitant local.
  • Le littoral méditerranéen accueille plus de 100 millions de visiteurs chaque année entre juillet et août : une concentration de touristes dans l’espace et dans le temps qui exerce une forte pression sur les ressources en eau.

Sources : UNICEF, Ministère de l’Environnement, Atlas des Futurs du Monde, UNAT, Le Monde

> Solutions :

Récupération et économies d’eau + traitement responsable de l’eau = maîtrise des coûts + préservation de l’environnement

 Gestion des déchets : les 3 R

  • Le tourisme génère 5% de la production totale de déchets dans le monde (48 millions de tonnes par an).
  • En France, les communes touristiques produisent 20% de déchets de plus que la moyenne nationale.
  • En moyenne, 202g de déchets sont émis par nuitée dans l’hôtellerie en France.

Sources : Ministère du Développement Durable, UNAT, EVEA Tourisme

> Solutions :

Réduire, recycler et réutiliser les déchets + sensibilisation des visiteurs

= préservation de l’environnement + image de marque améliorée et fidélisation des visiteurs

Transports et éco-mobilité : certains moyens moins polluants que d’autres

  • ¾ des émissions de gaz à effet de serre causées par le tourisme proviennent des transports.
  • En France, les déplacements touristiques, essentiellement effectués en voiture, représentent 6% des émissions de gaz à effet de serre, soit environ 30 millions de tonnes de CO2 par an.
  • En France, les émissions de CO2 par trajet sont de 173 g/km par voyageur utilisant l’avion, 150g/km par voyageur pour les voitures individuelles, 66,7 g/km par voyageur qui utilise le bus, et 2 g/km par voyageur qui utilise le train.

Sources : EVEA Tourisme, donnees-environnement.com

> Solutions :

Mise en avant et mise à disposition d’outils pour les mobilités douces

= moins de CO2 + satisfaction client et attractivité de la destination

Cité Européenne de la Culture et du Tourisme Durable en partenariat avec Hopineo et EVEA Tourisme

http://wstdays.org

http://hopineo.org/home/hopineo/tourisme-changement/

http://hopineo.org/hopsolutions

http://www.evea-tourisme.com/